Course à pied et chaleur, quelques précisions

Aller tout en bas au dernier message - Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Frédéric (membre) (81.64.33.xxx) le 06/08/09 à 11:07:11

Bonjour,

Il y avait un post récent sur la course à pied et la chaleur, je ne le retrouve pas.

Voici quelques précisions physiologiques et calculs simples pour comprendre ce qui se passe lorsqu'il fait chaud, et comment notre organisme fonctionne pour refroidir.

Fred

___________________________________________________

Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte :
- la surface totale de la peau ainsi que le poids augmentent avec les dimensions corporelles (le poids augmente comme le cube des dimensions corporelles, la surface corporelle augmente comme le carré des dimensions corporelles, voir en fin d'article un exemple de calcul).
La surface d'échange de la chaleur du corps vers l'air ambiant d'un petit coureur est proportionnellement plus importante que celle d'un grand coureur.
Pour deux coureurs de même taille, le plus mince des deux a une surface d'échange proportionnellement plus grande, et donc refroidira plus facilement (les gros et obèses souffrent généralement des fortes chaleurs).
- débit cardiaque : " conflit " entre le partage du transport du sang vers les muscles demandeurs d'O2, et vers la peau pour dissiper la chaleur (le sang sert de liquide de refroidissement comme pour un moteur de voiture). Un coureur avec un bon débit cardiaque résoudra plus facilement ce conflit.
- le nombre de glandes sudoripares, qui peut varier d'un individu à l'autre. Les personnes acclimatées à la chaleur ont plus de glandes sudoripares.
- l'influence des conditions extérieures : il faut tenir compte de la chaleur sèche et aussi de la chaleur humide.
Température sèche : celle mesurée par un thermomètre à l'abri du soleil
Température humide : celle mesurée par un thermomètre à l'abri du soleil et entouré d'un linge humide. Cela donne le % d'humidité de l'air.
Il y a un paramètre non négligeable, l'ensoleillement.
Plus ce % est élevé plus le refroidissement est difficile : production de sueur mais pas d'évaporation.
Même si on supporte assez bien la chaleur, même si on réalise de bonnes performances en compétition, courir par de telles conditions est plus éprouvant pour l'organisme.


Commente notre corps chauffe

Comptez le coût énergétique de votre course : 1 kcal/kg de poids corporel/km couru.
Exemple, pour 70 kg et 10 km de course, vous consommez 700 kcal. Cela correspond à la production totale de chaleur de votre corps pendant la course, mesurée en kcal.

Supposons que vous ne possédiez pas de système de refroidissement. Dans ce cas, toute la chaleur produite s’accumulerait dans votre organisme dont la température augmenterait considérablement.

Sachant qu’il faut 0,83 kcal pour élever de un degré Celsius la température d’un kilogramme de votre corps, vous pouvez calculer cette température théorique atteinte.
Cette valeur de 0,83 kcal est fixe, elle correspond à la chaleur spécifique du corps humain.

Calculons donc en faisant l’exercice avec notre coureur de 70 kg.
70 kg x 0,83 = 58,1
C’est la quantité de chaleur nécessaire pour élever votre température corporelle de un degré Celsius, en kcal / ° C
Vous connaissez la quantité totale de chaleur produite sur 10 km, soit 700 kcal.
Divisez 700 par le résultat précédent :
700 / 58,1 = 12,048
Arrondi à 12.
Cela correspond à l’élévation de température en ° C de notre coureur de 70 kg après ses 10 km.
On y ajoute sa température corporelle de départ : 37 °C.
12 + 37 = 49 ° C.

Voilà, si notre coureur ne disposait pas de système de refroidissement, il atteindrait une température corporelle de 49 ° C !

Et s'il courait un marathon ?
Refaisons le calcul :
Nous avons toujours 70 kg x 0,83 = 58,1
70 kg x 42 km = 2940 kcal
2940 / 58,1 = 50,6

50,6 + 37 = 87,6 ° C

Là il est chaud bouillant notre marathonien !

Alors il faut que le corps s'adapte en enclenchant ses mécanismes internes de refroidissement.

Le refroidissement
Les échanges de chaleur se font toujours de l'objet le plus chaud vers le moins chaud.
Par conséquent, pendant la course, notre organisme
- gagne de la chaleur rayonnée par le soleil
- cède de la chaleur à l'air qui l'environne, si l'air est plus froid ce qui est généralement le cas,
- gagne de la chaleur à l'air qui l'environne, si l'air est plus chaud ce qui est très rarement le cas,
De plus notre organisme perd de la chaleur par évaporation de l'eau et de la sueur produite par les glandes sudoripares.
L'évaporation d'un litre d'eau (vaporisation d'un litre d'eau sous forme liquide) donne 1244 litres de vapeur d'eau et absorbe 580 kcal.
Ce n'est pas le fait de transpirer qui refroidit, mais le passage à l'état gazeux de la sueur.
La respiration également contribue à refroidir : les gaz rejetés sont saturés en eau (cf. la buée lorsqu'il fait froid).
Les animaux tels que le chien ne possédant pas de glandes sudoripares refroidissent en haletant et en vaporisant de l'eau au niveau de la langue, de la bouche et de la gorge.
Au repos, dans des conditions confortables, un peu plus du tiers de la chaleur que nous produisons est évacuée par évaporation d'eau au niveau de la peau et de l'appareil transpiratoire. La sueur est vaporisée en permanence et on n'a pas l'impression de transpirer, c'est la transpiration insensible.
Pendant la course, la plus grande partie de la chaleur produite est perdue par évaporation, le reste étant cédé directement à l'air ambiant qui nous entoure.

Notre refroidissement en course dépend de trois conditions atmosphériques :
1 - ensoleillement
2 - température de l'air ambiant
3 - humidité relative de l'air ambiant
Le refroidissement est d'autant plus facile que l'ensoleillement est faible, d'où l'avantage des courses matinales ou nocturnes.
Le refroidissement est d'autant plus facile que l'air ambiant est froid et sec. Une température basse favorise la perte de chaleur de l'organisme par échange direct avec l'air ambiant (du plus chaud vers le plus froid).
Une humidité relative faible favorise la perte de chaleur par évaporation de l'eau et de la sueur.
Un quatrième facteur peut aider au refroidissement : le vent.
Il y a toujours le vent relatif produit par la vitesse du coureur, mais la présence d'un vent réel peut être un avantage.
La température sèche est celle mesurée par un thermomètre à l'abri du soleil
La température humide est celle mesurée par un thermomètre à l'abri du soleil et entouré d'un linge humide. Cela donne le % d'humidité de l'air.
Plus cette température humide est proche de la température sèche, plus l'humidité est élevée.
Plus ce % est élevé plus le refroidissement est difficile : il y a production de sueur mais pas d'évaporation possible.

La capacité de refroidissement et la tolérance à la chaleur varient d'une personne à l'autre notamment selon :
1 - les dimensions corporelles et le % de graisse dans le poids corporel
2 - le volume de liquide extra cellulaire, le volume de sang et les capacités du système circulatoire
3 - le nombre de glandes sudoripares et leur capacité à prduire de la sueur

Les échanges de chaleur entre l'organisme et son environnement s'effectuent essentiellement au niveau de la peau qui joue le rôle du radiateur de refroidissement d'un moteur automobile.
L'efficacité du radiateur dépend de sa surface, ainsi une personne dont la surface corporelle est grande, relativement à son poids, est favorisée pour se refroidir.
La surface totale de la peau ainsi que le poids augmentent avec les dimensions corporelles (le poids augmente comme le cube des dimensions corporelles, la surface corporelle augmente comme le carré des dimensions corporelles).
Un petit coureur est avantagé, la surface d'échange de son radiateur (sa peau) est proportionnellement plus grande. Il perd ainsi d'avantage de chaleur par contact avec l'air environnant. Il transpirera un peu moins : moins de perte d'eau et de sels minéraux et meilleure résistance au stress thermique.
La surface d'échange de la chaleur du corps vers l'air ambiant d'un petit coureur est proportionnellement plus importante que celle d'un grand coureur.
Pour deux coureurs de même taille, le plus mince des deux a une surface d'échange proportionnellement plus grande, et donc refroidira plus facilement (les gros et obèses souffrent généralement des fortes chaleurs). Le tissu adipeux sert d'isolant pour conserver la chaleur du corps, c'est appréciable lorsqu'il fait froid, mais préjudiciable par temps chaud.
Il se pose aussi un problème avec le débit cardiaque : " conflit " entre le partage du transport du sang vers les muscles demandeurs d'O2, et vers la peau pour dissiper la chaleur (le sang sert de liquide de refroidissement comme pour un moteur de voiture). Un coureur avec un bon débit cardiaque résoudra plus facilement ce conflit. La quantité de liquide extra cellulaire et la quantité de sang jouent ici un rôle important.
Enfin il faut des glandes sudoripares abondantes et efficaces.
La sueur est fabriquée à partir du plasma sanguin, et ce sont les glandes sudoripares acccrines qui sont les plus nombreuses pour évacuer la sueur. Les personnes vivant dans les pays chauds ont généralement plus de capacité à produire de la sueur grâce à des glandes sudoripares plus nombreuse set plus efficaces.

Retour à des calculs.
Inévitablement la température corporelle s'élèvera un peu, (jusqu'à 1,5 ° C) mais ce n'est pas gênant, à l'instar d'un moteur automobile qui fonctionne mieux à chaud.
Pour élever la température corporelle de 37 à 38,5° C, une partie de la chaleur produite s'accumule dans le corps au lieu d'être évacuée.
On peut calculer la quantité de chaleur utilisée pour réchauffer le moteur.
Nous avons calculé la quantité de chaleur nécessaire pour élever la température de un degré Celsius, en kcal / ° C .


70 kg x 0,83 kcal = 58,1
Multiplions ce nombre par l'augmentation normale de la température corporelle, soit 1,5 °C (38,5 - 37° C)
58,1 x 1,5 = 87,15
C'est la quantité de chaleur (exprimée en kcal) accumulée dans l'organisme pour élever la température du moteur de 37 à 38,5° C.
Connaissant la quantité de chaleur TOTALE produite en course (rappel : 1 kcal/kg de poids/km couru), soit
70 x 10 = 700 kcal
Soustrayons la quantité de chaleur utilisée pour réchauffer le moteur, soit 87,15
700 – 87,15 = 612,85, arrondis à 613.
Cela correspond à la quantité de chaleur produite et perdue pendant la course, en kcal.

La perte de chaleur s'effectue de deux façons :
1 - celle cédée à l'air ambiant plus froid
2 - celle qui disparaît lors de l'évaporation de l'eau de la sueur
Par des conditions météo tempérées avec une température sèche de 20° C, on considère que 40 % de la chaleur est cédée directement par échange peau - air ambiant.
Les 60 % restant sont perdus par évaporation.

Donc, calculons :
613 x 40 % = 613 x 0,4 = 245,2 arrondis à 245
245 kcal sont donc évacués par la peau grâce à l'échange direct avec l'air ambiant.

Pour calculer la perte de chaleur et d'eau par évaporation :
quantité de chaleur produite en course = 613
quantité cédée à l'air ambiant = 245
613 – 245 = 368 kcal
Pour éliminer 580 kcal il faut évaporer un litre d'eau.
C'est comme ça.

Donc
368 / 580 = 0,63 (arrondis)
La perte d'eau par évaporation est donc de 0,63 l (63 cl).
Un petit rappel, les calculs sont effectués pour une personne de 70 kg courant 10 km.

L'eau s'évapore à deux endroits : la peau et les voies respiratoires.
Avec toujours les mêmes conditions atmosphériques, l'air ambiant à 20° C à une humidité relative de 40 % contient environ 7 ml de vapeur d'eau par litre. Lorsqu'il ressort il est saturé d'eau à 100 % et à une température d'environ 38° C.
Il contient alors 65 ml d'eau par litre. Par conséquent, avec les conditions météo décrites, à chaque litre d'air inspiré et expiré nous évaporons environ 58 ml de vapeur d'eau au niveau des voies respiratoires.
On pourrait calculer la partie évaporée au niveau des voies respiratoires pour connaître la portion concernant la peau.
Il faudrait pour cela connaître la quantité d'air totale inspirée pendant la course, ce qui peut se calculer également.

Pour en revenir à la partie refoidissement par évaporation au niveau de la peau, toujours avec ces conditions météo favorables de 20 °C et 40 % d'humidité relative, la quantité de sueur produite lorsqu'un litre d’eau est évaporé et d'environ deux litres.

Donc :
Perte d'eau de 0,63 l x 2 = 1,26 litre de sueur produite, soit bien plus d'un litre.
Si la température sèche s'élève, si la température humide augmente, les conditions de refroidissement deviennent bien moins favorables et on peut arriver à un facteur de 3 (trois fois plus de sueur produite que d'eau évaporée). Donc si les distances de course s'allongent et si les conditions de refroidissement deviennent moins favorables, les pertes hydriques peuvent devenir très importantes.

Concernant les pertes en sels minéraux, faut-il les compenser en buvant de l'eau additionné de chlorure de sodium ou autres ?
Il faut savoir que la sueur est hypotoniqe par rapport au plasma (on perd moins de sels minéraux que d'eau), ce qui a pour conséquence de concentrer le liquide extra cellulaire, concentration pouvant être source de crampes, maux de tête, nausées, etc, symptomatiques du coureur ayant perdu beaucoup d'eau et dont l'organisme contient alors une proportion trop importante de sels minéraux.

Faites vos calculs personnels si vous voulez avec vos variables poids et distance courue.

---------------------------------------------------------------------------------

Soit un carré de 3 x 3 (cm, m, peu importe).
Sa surface est de 9.
Si on augmente de 10 % ses dimensions (3,3 x 3,3), sa surface augmente de... 20 %.
Si on double ses dimensions (6 x 6), sa surface est multipliée, non pas par deux, mais par quatre.
Pour le volume (poids) c'est assimilable à un cube (hauteur x largeur x épaisseur).
3 x 3 x 3 = volume de 27
Si on augmente de 10 % ses dimensions : 3,3 x 3,3 x 3,3 = 35,9, soit 30 % de volume en plus.
Si on double les dimensions, 6 x 6 x 6 = 216, on multiplie le volume par huit.

On pourrait calculer la surface de peau d'un coureur, son volume également.

Lire ici, notamment à partir de la page 670, puis page 677 :

http://books.google.fr/books?id=OaSHXG2liFgC&pg=PA674&lpg=PA674&dq=le+poids+augmente+comme+le+cube+des+dimensions+corporelles&source=web&ots=tPRP8009jL&sig=UfnnBo9pg0jYx_mrtTFTc4UHtBc&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=3&ct=result#PPA677,M1

Course à pied et chaleur, quelques précisions par J'ai demandé à la lune (invité) (163.173.48.xxx) le 06/08/09 à 12:20:33

T'in.

Et en cas d'éclipse totale ?

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Frédéric (membre) (81.64.33.xxx) le 06/08/09 à 21:10:15

La prochaine éclipse totale du soleil visible en France aura lieu en septembre 2081.
Fred

Course à pied et chaleur, quelques précisions par (invité) (82.233.188.xxx) le 06/08/09 à 21:46:40

Septembre 2081 !!!
Si c'est un mardi, je ne serai pas là...

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Marc (invité) (193.253.141.xxx) le 07/08/09 à 08:35:13

Supers infos merci bien avec les calculs

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Runner (invité) (81.253.20.xxx) le 08/08/09 à 00:38:16

Si on court au cardio ça donne quoi les écarts de pulses avec la chaleur il y a des calculs à faire? En tous cas merci pour ces renseignements.

Course à pied et chaleur, quelques précisions par (invité) (80.125.172.xxx) le 08/08/09 à 14:40:38

C'est pour cela que je préfère courir a la vitesse comme contrôle car la FC est trop influencée par la chaleur

je garde mes vitesses et je laisse la FC de coté en cas de chaleur

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Marc (invité) (193.253.141.xxx) le 08/08/09 à 15:12:06

Le probleme si les pulses montent trop on se grille sur marathon c'est pour ça que je cherche si on peut calculer

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Titemouss (invité) (88.188.44.xxx) le 26/04/11 à 09:25:18

Mais quel moyen est utilisé par les marathoniens pour éviter une augmentation trop importante de la température corporelle ?

Course à pied et chaleur, quelques précisions par jp75018 (membre) (87.231.131.xxx) le 26/04/11 à 09:55:02

Bonjour

Voici quelques données sur l'hydratation et l'apport d'énergie en course, avec une feuille de calcul pour faire des simulations, notamment en fonction de la température ressentie.

http://jp75018.blogspot.com/2011/04/hydratation-et-apports-energetiques-en.html

JP

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Hermann (invité) (92.155.3.xxx) le 26/04/11 à 10:30:26

"C'est pour cela que je préfère courir a la vitesse comme contrôle car la FC est trop influencée par la chaleur
je garde mes vitesses et je laisse la FC de coté en cas de chaleur "


Il y en a vraiment qui ont de la réflexion...

Course à pied et chaleur, quelques précisions par tylanhnem (membre) (88.183.217.xxx) le 26/04/11 à 16:56:43

Est-ce que vous allez tous courir en été où est-ce qu’il y a un niveau de chaleur que vous ne supporter plus. Je me posais la question parce que là j’appréhende un peu cet été, sachant qu’à 25° ça passe encore, est-ce que vous pensez que ça pourrait monter beaucoup plus en région parisienne ? J’ai bien essayé de chercher sur internet mais les moyennes par mois me semblaient assez basses.

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Telemak (invité) (90.40.210.xxx) le 26/04/11 à 20:36:37

Salut,
Je ne supporte pas trop la chaleur , mais j'ai déjà fait des courses en été...
J'en avait même faite une en juillet avec +38° encore le soir après 18h00..:!
Tu sentais carrément la chaleur du goudron des routes..qui te remontaient les jambes pour te les chauffer encore plus..ainsi que les pieds dans les chaussures bouillonant de chaleur..
Certains supportent plus que d'autres..
Mais néanmoins il faut être extrèmement prudent..
Pour la course de juillet les habitants étaient sympa..toutes les 2 maisons ils nous aspergeait au tuyaux d'arosage..ça faisait du bien..et les ravitos était plus nombreux qu'en temps ordinaire..

Mais sinon comme je disait il faut être prudent même si
l'on se sent bien..

- Si tu cours en plein soleil, s'il n'y a pas d'ombrage, mettre de préférence une casquette..lunettes de soleil..

- Chaleur = perte d'eau, bien s'hydrater soit aux ravitos, ou à l'aide d'une gourde que l'on transporte en ceinture ,se désaltérer, etc..m'enfin surtout ne pas zapper..

- Faire attention au "palpitant" , ne pas forcer , rien qu'avec la chaleur le rythme cardiaque va monter plus que d'habitude..

- Porter des vêtements plutôt clair ' ( dans le blanc) que foncé ( couleur noire )

- Attention également aux coup de soleil si le chemin ne comporte pas d'endroits ombragés

etc..etc..

J'en ait déjà vu pas mal des coureurs l'été dernier ( et pas que des amateurs..) pensant vouloir se surpasser et faire le forcing pour quelques minutes qui finalement ce sont terminé sur le brancard..

Bon run
a+

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Yayoye (invité) (82.241.241.xxx) le 26/04/11 à 20:53:30

En vue de préparer Millau, fait-il s'entrainer en journée pour s'habituer à la chaleur?

Merci,

Y.

Course à pied et chaleur, quelques précisions par hollyoak (membre) (81.56.62.xxx) le 10/06/14 à 15:50:22

Un fil de référence, j'en profite pour y mettre un lien vers un article intéressant sur un sujet connexe vu sur competitor.com, adapter son allure en fonction de la chaleur/humidité : http://running.competitor.com/2014/06/training/ask-the-coach-should-i-adjust-for-heat-humidity_11857

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Tony_31 (invité) (194.98.70.xxx) le 11/06/14 à 16:13:52

Post d'actualité par les "temps" qui "court" :-)
"Studies have shown that when the temperature rises above 65 degrees, your heartrate will also rise by about 10 beats per minute and performances will slow
Read more at http://running.competitor.com/2014/06/training/ask-the-coach-should-i-adjust-for-heat-humidity_11857#h8bUhr1KtDkgmZuH.99
10 pulls de + pour 18-19° ca parait beaucoup...
Je regrette de ne pas avoir porté de cardio samedi dernier lors d'un 10km, couru par 30°...

Course à pied et chaleur, quelques précisions par john sausage (invité) (78.246.80.xxx) le 11/06/14 à 22:33:21

En vue de préparer Millau, fait-il s'entrainer en journée pour s'habituer à la chaleur?

Merci,

Y.

il me semble que Serge Cottereau qui connait un peu Millau conseille de s'entrainer à la fraiche en été histoire de ne pas se griller et de pouvoir passer des séances de qualité dans des conditions supportables.

Course à pied et chaleur, quelques précisions par AmadeusZart (invité) (78.124.122.xxx) le 12/06/14 à 00:10:20

Si john sausage se grille, il faut préparer la moutarde.

Est-ce que glander participe au développement des glandes sudoripares ?
;-)

Fred plus sérieusement; pour céder le plus efficacement possible de la chaleur à l'air qui environne, le torse nu est-il conseillé ? Ou au contraire, faut-il porter un t-shirt pour minimiser la chaleur rayonnée par le soleil ?

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Kan sert eau longue (invité) (93.24.112.xxx) le 14/06/14 à 16:22:38

Si john sausage se grille, il faut préparer la moutarde.

Est-ce que glander participe au développement des glandes sudoripares ?
;-)

Fred plus sérieusement; pour céder le plus efficacement possible de la chaleur à l'air qui environne, le torse nu est-il conseillé ? Ou au contraire, faut-il porter un t-shirt pour minimiser la chaleur rayonnée par le soleil ,




Le źart il a pas encore compris que le soleil fout le cancer de la peau,,,malgré le fric dépensé pour la prévention des mélanomes t' es vraiment une bille toi ça m'étonne pas que tu pointes .....enfin que tu pointes à pôle emplois. Lol

Course à pied et chaleur, quelques précisions par hollyoak (membre) (86.218.93.xxx) le 30/09/14 à 19:30:33

La chaleur a baissé mais je continue de transpirer comme un goret...ou en tout cas de perdre trop d'eau ! Ca a fait quelques dégâts sur des 10k courus cet été où je suivais la règle lue ici "sur un 10km ça sert à rien de boire" et où je termine "au radar" sans trop comprendre ce qui m'arrive :-(

Du coup j'ai fait quelques tests ces jours-ci (dans les 18 degrés et ensoleilé) et mon bilan hydrique ne semble pas suivre les normes indiquées dans l'excellent récapitulatif ci-dessus ou dans le tableau excel de JP.
- Séance 60' d'EF à 5'30" : 0.9 kg perdus
- Séance 60' avec 25' de seuil (4'08"/km) : 1.3kg perdus
- Séance 80' avec 5x1000 en côte (D+250 à 5'00/km) : 2kg perdus

Donc sur un 10km couru à fond (4'00"/km) dans les mêmes conditions je dois pas être loin des 3kg perdus, d'où problème ! Moralité, la prochaine fois je pars avec ma gourde à main et je bois deux gorgées d'eau/boisson iso tous les 1 ou 2 km...Si ça peut servir à d'autres !

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Saxo (membre) (109.208.108.xxx) le 01/10/14 à 08:36:58

Mais un Goret ne transpire pas! Il se roule dans la boue pour se rafraichir…et ils n'ont pas la queue en tire bouchon non plus…non mais!

Course à pied et chaleur, quelques précisions par hollyoak (membre) (83.112.239.xxx) le 08/10/14 à 12:39:11

Même séance de côte hier mais par 14 degrés et temps couvert cette fois, bilan 1.5kg de perdus contre 2kg la semaine dernière par 18 degrés et soleil. Différence sensible donc...

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Alex974 (membre) (193.253.106.xxx) le 08/10/14 à 12:54:39

Effectivement t'es bien sensible à la "chaleur". Les 14 & 18° me semblent bien frais personnellement, il ne devrait pas y avoir de "souffrance".

On n'a pas les mêmes températures ni taux d'humidité (à 29° à Paris = trop chaud pour moi par exemple à cause du béton et de la pollution), mais ici, moins de 23 (Froid/frais), idéal de 23 à 28, au délà = de plus en plus dur.

Après chacun est différent, fais toujours un bilan chez ton médecin, tu as peut-être des carences.

Course à pied et chaleur, quelques précisions par hollyoak (membre) (80.12.43.xxx) le 08/10/14 à 13:18:32

Des carences en quoi ?

Course à pied et chaleur, quelques précisions par Alex974 (membre) (193.253.106.xxx) le 08/10/14 à 13:30:45

N'étant pas médecin, je t'ai simplement conseillé d'aller faire un point avec le tien pour voir si c'est normal ou non.

A mon niveau et selon les infos que j'ai (pas été vérifié sur des ouvrages médicaux ou autre), on peut souffrir d'avantage de la chaleur en cas de manque de sommeil et de manque de fer (après je me trompe peut-être totalement).

Si K passe par là entre 2 patientes russes et 3 suédoises... il pourra peut-être en dire plus :)

Moi ce sont surtout les températures annoncées, 14 & 18 qui me paraissent basses et plutot idéales pour la CAP, alors que pour toi j'ai l'impression que ton ressenti est différent (tu parles de "chaleur" donc handicapant).

Course à pied et chaleur, quelques précisions par hollyoak (membre) (193.251.3.xxx) le 08/10/14 à 13:57:17

D'accord, non pas de carences connues, j'ai toujours eu tendance à "chauffer" quand je faisais du sport, même tout petit ;-) Concrètement pour la CAP ça veut dire que j'ai intérêt à bien m'hydrater, surtout en course sous peine de finir "pas bien" comme en juin et septembre sur deux 10Ks...

De bonnes affaires à dénicher sur Alltricks et Wiggle tout au long de l'année. J'ai trouvé mon modèle favori à plusieurs reprises avec une remise de 35 à 50%, avec en plus la livraison gratuite et sans souci.

Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

Forum sur la course à pied géré par Serge