les chaussures serge cottereau

Aller tout en bas au dernier message - Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

les chaussures serge cottereau par momo42 (invité) (90.13.191.xxx) le 05/12/13 à 08:03:12

qui a acheter des chaussures serge cottereau

souvenez vous?
Il fallait envoyer son empreintes sur un feuille de papier

c'était super!

les chaussures serge cottereau par gavroche (invité) (80.14.5.xxx) le 05/12/13 à 12:01:42

ce ne sont pas les chaussures serge cottereau mais les chaussures reebok et maintenant brooks, tu peux les essayer pendant 15 jours et les renvoyer si elles te plaisent pas ou te font mal aux pieds.

les chaussures serge cottereau par (invité) (213.41.121.xxx) le 05/12/13 à 13:24:03

j'avais une paire de chaussures tari (TK6 ... TR6) par ce biais il me semble.

Pfouuuu, c'est loin tout cela

les chaussures serge cottereau par (invité) (90.12.213.xxx) le 05/12/13 à 13:29:17

Il vendait pas des bibles Cottereau aussi ? Souviens avoir lu un livre de lui lorsque je découvrais la course à pied adolescent. Avec le recul, çà a pris un coup de vieux ses notions de "résistance dure", "résistance douce", etc... Il a vraiment entraîner Cottereau ? En tout cas bravo à lui pour son business !!!

les chaussures serge cottereau par john sausage (invité) (81.255.240.xxx) le 05/12/13 à 13:38:53

oui Cottereau vendait en vpc des modèles difficilement trouvables en France.
il vendait des Kelme aussi.



les chaussures serge cottereau par SuperD (membre) (82.232.241.xxx) le 05/12/13 à 13:47:54

"çà a pris un coup de vieux ses notions de "résistance dure", "résistance douce", etc... "
En première analyse sans doute, mais pour 90% des capeurs ces notions élémentaires et approximatives restent largement suffisantes pour se faire plaisir et réaliser une bonne progression.

les chaussures serge cottereau par john sausage (invité) (81.255.240.xxx) le 05/12/13 à 14:12:57

résistance dure et douce, c'est simple et ça a porté ses fruits

au moins, on ne s'encombre pas l'esprit avec la sacro sainte vma qu'on est pas foutu d'estimer mais qu'on brandit à tout va.

et quand on voit certaines méthodes d'entrainement "moderne" : plus de volume, moins de vma courte (ou pas du tout) et plus d'allures proches du seuil on se demande si on ne vient pas de réinventer l'eau tiède

les chaussures serge cottereau par (invité) (90.12.213.xxx) le 05/12/13 à 14:54:40

Et en deuxième analyse çà donne quoi SuperD, je suis peut-être un peu bête ? Les souvenirs que j'ai de son "Encyclopédie..." c'est que c'était quand même bien prise de tête, avec des mots durs comme ses résistances dures et douces. Je ne vois pas çà comme çà maintenant, par exemple tu prépares un cross ou un semi et ben tu cours, tu t'embrouilles pas l'esprit avec des notions vagues et limitantes. Tu cours point barre, tu sais bien qu'il faut faire de l'endurance, du seuil aussi çà aide, et puis du rythme spécifique, tu ajoutes de la PPG et des étirements et c'est bon. C'est plus çà courir libre je crois...

les chaussures serge cottereau par momo42 (invité) (90.13.191.xxx) le 05/12/13 à 15:26:02

@ C exact elles s appelaient les TARI

c'est vieux tout cela!!!!!!ouf

les chaussures serge cottereau par Saxo (membre) (2.4.62.xxx) le 05/12/13 à 15:37:11

Un coup de vieux…oui un temps ou la qualif pour les France était de 2h35...

les chaussures serge cottereau par momo42 (invité) (90.13.191.xxx) le 05/12/13 à 16:16:41

moi aussi je me fait vieux

oufff!!

les chaussures serge cottereau par Le boiteux (invité) (93.0.154.xxx) le 05/12/13 à 18:09:15

oui à l'époque c'était 2h35 les qualifs, mais ils couraient à cette époque, maintenant ils cahotent.

Avant c'étaient des coureurs.

oui mais ça c'était avant

les chaussures serge cottereau par Dare (invité) (193.252.157.xxx) le 06/12/13 à 09:43:05

retenir 2 pharases resitance douce et resistance dure, je vois pas en quoi c est prise de tete
y a rien d e plus simple pour rendre la course facile a tout le monde.

les chaussures serge cottereau par Talleyrand (invité) (93.0.154.xxx) le 06/12/13 à 09:49:23

Et de quelles couleurs elles étaient ces chaussures ?

Blouge

C'est bien le blouge

les chaussures serge cottereau par (invité) (194.98.70.xxx) le 06/12/13 à 09:53:42

En réponse à 90.12.213 :

C'est marrant, tu cites 2 termes (résistance dure et douce) qui te paraissent compliqués, et tu en prends 5 de plus comme exemple de facilité (seuil, allure spé, ppg, endurance...).
Cottereau te propose 3 types d'allure: endurance (moins de 80% de FCM), résistance douce (80-90%) et résistance dure (> 90%). Puis il te dit que ta semaine ou ton mois doit se décomposer en 75% d'endurance, 20% de résistance douce, 5% de résistance dure.

Une fois que tu as dit ca, bein tu as tout dit... Autant te dire que je trouve ça sacrément plus simple que les 5 allures décrites par exemples dans un jogging international (EF, EA, seuil, Seuil+, VMA) ou les 8 allures d'entraineurs américains.

les chaussures serge cottereau par cul-de-jatte (invité) (87.65.165.xxx) le 06/12/13 à 10:05:36

oui à l'époque c'était 2h35 les qualifs, mais ils couraient à cette époque, maintenant ils cahotent.

Ou ils trailent à tout va ...

les chaussures serge cottereau par (invité) (90.12.211.xxx) le 06/12/13 à 11:07:34

Si vous trouvez que calculez des pourcentages sur des semaines ce n'est pas prise de tête pour un coureur lambda c'est votre choix...ou votre problème. Et ces pourcentages à surtout ne pas dépasser, il les sort d'où ? D'une étude comme on dit ? Ou de son argumentaire commercial ? Je sais bien qu'il faut garder une prudence à l'entraînement, mais quand je prépare un 10 km, et que je fais par exemple 6-8 km de footing rapide (seuil), je cours, je ne me demande pas si çà dépasse 5 ou 10% de je ne sais pas quoi. Le jour de la compet je veux être prêt, sans avoir fait n'importe quoi et cuit bien sûr, mais être prêt. Ce que je reproche dans ces pourcentages c'est le côté compte d'apothicaire, mentalement et physiquement ce n'est pas positif, mais vous êtes peut-être de petits épiciers...

les chaussures serge cottereau par john sausage (invité) (81.255.240.xxx) le 06/12/13 à 13:34:31

revenons a Cottereau côté boutique

le pat'col? vous vous en souvenez?

les chaussures serge cottereau par imarcel67 (invité) (175.158.135.xxx) le 05/12/15 à 06:54:36

Bonjour, quelqu'un aurait-il encore des photos des chaussures tari voire de la gamme de vetement ? Depuis le temps que je cherche ça...

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 10:08:59

" Et ces pourcentages à surtout ne pas dépasser, il les sort d'où ? D'une étude comme on dit ?"

Absolument...

Ou plutôt : les études ont finalement confirmé et validé ce que prone COTTEREAU depuis très longtemps...

Concernant ses 3 zones de travail : endurance, résistance douce, et dure, ce sont les 3 zones physiologiques séparées par les deux seuils (SL1/SV1, et SL2/SV2), utilisées dans la plupart des études scientifiques. SC leur a simplement donné des noms à lui relatifs à la perception ressentie de l'effort.
Les valeurs de %ages de FCM qu'il utilise pour délimiter les 3 zones (80% FCM pour SL1/SV1, 90% FCM pour SL2/SV2) se trouvent correspondre aux valeurs statistiques moyennes (sur l'ensemble des données de labo dont on dispose) : il y a des variations individuelles autour de ces valeurs, mais ce sont de bonnes références pour une large majorité de coureurs.

Quant aux %ages de répartition du travail entre les 3 zones, et en particulier le recommandation de SC de faire au – 75% de son temps d'entraînement hebdo en endurance, cela a été validé par nombre d'études scientifiques (notamment par SEILER et col.) ces ~10-15 dernières années. C'est ce que l'on appelle aujourd'hui la "règle du 80/20" (car la science a établi que l'optimum était, en moyenne, plutôt ~80% de son temps d'entraînement en endurance).

Donc on peut dire que Serge COTTEREAU, tout comme LYDIARD dans le monde anglo-saxon(*), ont été des visionnaires, et ont établi et popularisé ces références fondamentales de l'entraînement (3 zones fondamentales, règle du "80/20"), BIEN avant que la science n'ait établi fermement leur bien-fondé...

Après, de mon point de vue Serge est avant tout un grand pédagogue, et pour la plupart de ses lecteurs et stagiaires (pas tous, il se trouve que cela n'a pas été ton cas) son discours "passe" très bien,(***) et au contraire apporte une clarification e et simplification bienvenue par rapport à toutes les autres sources (aujourd'hui sur-abondantes, parfois jargonnantes, et souvent contradictoires).

J'ajouterai que, à titre personnel, je considère que ce n'est pas une coïncidence si la période en France où la densité des coureurs amateurs en particulier sur marathon était la plus élevée - 2nde moitié des années 198x et début des années 199x - correspond à la période où tout le monde ou presque s'entraînait "à la COTTEREAU", était donné que c'était la principale (et quasi-unique) référence populaire en matière d'entraînement... Ensuite sont arrivées d'autres références issues du demi-fond, la VMA s'est établie comme "alpha et oméga" (en France uniquement...) de l'entraînement, et les résultats ont chuté et continuent de chuter... (**)


(*) mais plus "en filigrane" chez LYDIARD : il ne donnait pas de %ages précis (c'est plutôt DANIELS qui fait ça), mais des recommandations générales, qui conduisait - si l'on ne faisait pas d'erreur d'interprétations - à la même chose.

(**) cela a été débattu jusqu'à plus soif dans d'autres sujets antérieurs sur ce forum...

(***) au sens qu'ils comprennent beaucoup mieux comment s'entraîner correctement en suivant Serge COTTEREAU que d'autres références

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 10:10:47

A noter aussi que Serge et quelqu'un de formidable humainement, ce que l'on apprend et partage avec lui va bien au-delà des techniques d'entraînement en course à pieds.

Il vient de publier son premier roman :

http://www.amazon.fr/Jean-Pierre-sennuyait-à-retraite-puis/dp/2912690560/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1449306570&sr=8-1&keywords=serge+cottereau

C'est un roman, mais il a mis beaucoup de lui-même dedans...

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 10:14:34

Je termine en copiant ci-dessous l'un des derniers textes sur l'entraînement que Serge a écrit, il y a un peu + d'un an. Une très belle synthèse à mon avis !

les chaussures serge cottereau par Serge Cottereau (via BBen) (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 10:15:40

PRINCIPES DE BASE DE L'ENTRAINEMENT


Entraîne-toi régulièrement, souvent, longtemps, progressivement, la plupart du temps très peu intensément, parfois cependant intensément, mais jamais jusqu'à l'épuisement.


- REGULIEREMENT :
essaie de t'en tenir à 2, 3 ou 4 fois... par semaine, sans y déroger si possible quel que soient les conditions atmosphériques. Il est aisé et plaisant de partir s'entraîner si cela est une habitude régulière. Il est difficile de s'y remettre, de décider de partir, en particulier lorsque les conditions atmosphériques sont a priori peu engageantes, si l'entraînement est irrégulier, coupé de longs arrêts ; d'autant que l'organisme se désadapte rapidement, déjà en partie en une dizaine de jours si on ne l'exerce pas.

- SOUVENT :
2 fois par semaine est mieux qu'une ; 3 fois mieux que 2, etc. Le corps peut véritablement s'adapter à cet effort très naturel - mais dont les sédentaires se sont désadaptés - qu'est l'action de courir. L'homme est un coureur de fond naturel. D'ailleurs s'il n'y avait les obligations professionnelles, sa fatigue et ses stress et la nécessité d'en récupérer, ainsi que les occupations familiales, l'organisme humain est tout à fait apte à courir 10 km tous les jours, bien plus que de rester quasiment toute la journée en position assise. Les efforts annexes de la vie courante : marcher, éviter tous ascenseurs et escaliers roulants... sont un complément efficace.

- LONGTEMPS :
non pas le plus longtemps possible mais, après adaptation progressive (ce peut éventuellement être 10 minutes en alternant marche et course lente la première fois) disons que la durée d'une séance efficace se situe entre 45' et 1 h 15'.
Certes, si l'on prépare une compétition longue, type marathon par exemple, une des séances hebdomadaires sera prolongée jusqu'à environ 2 heures, voire un peu plus.
Cependant, si l'on n'a que 30 minutes à sa disposition, ce n'est pas du tout négligeable. Ainsi l'on peut faire, en fonction de son emploi du temps, deux séances, disons normales, le week-end et deux séances (voire une seule) de 30 à 40' dans la semaine.

- PROGRESSIVEMENT :
la caractéristique la plus étonnante du corps humain est sa faculté d'adaptation. Autant il peut se désadapter de toutes capacités physiques (endurance, force...) comme c'est le cas chez les sédentaires, autant il peut retrouver et développer ses capacités dans une multitude de domaines (physiques et intellectuels) et cela à tout âge à condition de respecter une progressivité : 10 minutes est déjà mieux que rien puis la capacité à courir aisément 30', une heure et beaucoup plus est à la portée de tout le monde.
Tout individu dégradé par une vie sédentaire et une hygiène de vie déplorable peut retrouver une forme stupéfiante, des capacités au-delà de ce qu'il aurait pu rêver. On peut se sentir beaucoup plus en forme, avec une aisance gestuelle et un bien-être incomparablement supérieurs à 55 ans qu'à 30, beaucoup le disent.

- LA PLUPART DU TEMPS TRES PEU INTENSEMENT :
la plupart des entraînements doivent être réalisés à une intensité très faible. Cela étonne toujours et ne paraît pas logique mais c'est ainsi.
Afin de ne pas se tromper il suffit de s'en tenir à une certaine fréquence cardiaque : entre 60 et 75 % de sa Fréquence Cardiaque Maximale (qui est individuelle et ne dépend pas que de l'âge). Il faut donc faire un test de terrain pour la connaître. Cette Fréquence Cardiaque Maximale (F.C.M.) ne change pas selon la forme et est donc beaucoup plus réaliste et fiable que la V.M.A. (Vitesse Maximum Aérobie : moyenne kilométrique (km/heure) que l'on est capable de réaliser sur une durée d'environ 6 minutes en donnant tout ce que l'on peut comme s'il s'agissait d'une compétition... et en sachant répartir idéalement son effort !).
Il est étonnant que beaucoup ne jurent que par cette Vitesse Maximum Aérobie (V.M.A.) alors qu'elle peut changer énormément selon l'état de forme, les fluctuations de poids, la fatigue... Même si cette V.M.A. ne variait pas il faudrait toujours s'entraîner, pour ne pas se tromper d'effort, sur un parcours plat comme lors du test et dans les mêmes conditions atmosphériques.
Si vous vous entraînez selon la V.M.A. constatée lors du test et que celle-ci, pour de multiples raisons possibles, a baissé, votre entraînement sera trop intense, inadapté et donc d'une efficacité fort aléatoire.
Si votre V.M.A. s'est améliorée, votre entraînement sera au contraire insuffisamment intense (moindre mal !). Si le parcours n'est pas tout à fait plat ou s'il y a du vent ou qu'il fait très chaud (ou très froid), vous êtes à côté de la plaque ; vous vous épuisez à vous efforcer de tenir l'allure programmée.
A noter que la seule fonction réellement utile d'un cardio-fréquencemètre est l'indication de la fréquence cardiaque. Opter pour le modèle le moins cher de tous est parfaitement suffisant et cela quel que soit votre niveau. Se ruiner pour une « usine à gaz » pleine de gadgets ne vous fera pas courir plus vite !

- PARFOIS CEPENDANT INTENSEMENT :
La plus fréquente erreur du jogger est un entraînement habituellement trop intense ; on ne le répètera jamais assez tant il est ancré dans l'esprit des sportifs en général et de joggers en particulier, que le masochisme est le meilleur système d'entraînement ! Il est en effet difficile d'abandonner l'idée reçue, logique certes, mais fausse, que l'entraînement sera d'autant plus efficace, d'autant plus prédicteur de progrès qu'il est intense, douloureux, épuisant (cela peut être presque vrai dans certaines séances de certaines spécialités - 400 m par exemple - mais pas pour nous).
Cela dit et redit, ne faire que de l'entraînement très peu intense, entraînement dit d'endurance (60 à tout au plus 80 % de sa F.C.M.) ne permettra pas à lui seul d'atteindre son meilleur potentiel.
Pour la plupart des individus, en généralisant, disons qu'il sera bénéfique et sans danger de faire une séance relativement intense par semaine. Certains pourront, selon leur niveau, leur capacité et possibilités de récupération, tel moment dans leur période de préparation à une compétition, faire une séance de ce type un peu plus fréquemment : tous les 6, voire 5 ou même 4 jours.
Il s'agit d'un entraînement assez intense, au-delà de la facilité habituelle, afin de stresser physiquement suffisamment l'organisme pour qu'après 2 ,3... jours de récupération (entraînement très peu intense) il se soit renforcé (phénomène naturel d'adaptation) à un niveau de capacité supérieure.
Disons qu'il s'agit d'un type d'effort lors duquel la fréquence cardiaque, pendant un certain laps de temps (pas pendant toute la séance) dépasse 80 % de sa fréquence cardiaque maximale.

Pour faire simple et en généralisant :
- Entre 80 et 90 % pour une préparation au marathon ou distance d'une durée similaire. Par exemple en 2 ou 3 fois 15' (exceptionnellement 4) entrecoupées de 5 à 7' de récupération entre 60 et 75 %. Cela pourra être réalisé dans une séance d'une durée totale de 1 h 45 à 2 h 15 ; ce sera la plus éprouvante de la semaine.
- Entre 80 et 95 % de sa F.C.M. en vue d'un semi-marathon.
- Entre 80 et 97 % en vue d'un 10 km mais seulement sur des durées de 3 à 5' à répéter 2, 3 fois ou plus selon le niveau avec 2 à 5' de récupération, toujours selon le niveau. 2 % de fréquence cardiaque en plus représente une nette différence d'intensité lorsqu'on se rapproche de sa fréquence cardiaque maximale.
- Jusqu'à quasiment 100 %, mais sur des répétitions d'environ 1' à 1'15'' (par exemple 3 à 4 répétitions avec récupération de 3 à 4') si l'on est coureur de 1.500 mètres.

A noter que toutes les phases de récupération entre chaque effort intense sont à effectuer en trottinant très lentement, c'est plus sûr pour ne pas s'épuiser.

On a cru longtemps qu'il fallait éviter les efforts intenses (au-delà de 80 % et surtout de 90-95 %) lorsque l'on arrivait aux environs de 50 ans. On se rend compte maintenant que pourvu que la progression soit respectée, pour un coureur s'entraînant régulièrement, ayant une bonne hygiène de vie, pas trop sollicité par ailleurs par un travail éprouvant et stressant, il est tout à fait possible, sans danger et avec profit de réaliser ce type d'effort à 60, 65 ans voire plus encore pour quelques-uns. On s'étonne des capacités de récupération, d'adaptation de certains coureurs de 70 ans et plus ; ce que l'on n'aurait jamais imaginé auparavant.

- JAMAIS JUSQU'A L'EPUISEMENT :
il peut être difficile de tracer la frontière entre le « suffisamment intense » pour une progression, une adaptation optimale et le trop, l'exagérément intense qui amènera l'épuisement et la destruction des capacités.

Déjà l'allure, l'intensité doivent être individuelles absolument. Rien de plus destructeur que de s'acharner à vouloir tenir une allure de quelqu'un, d'un groupe, d'un niveau supérieur. On ne s'améliore pas en s'efforçant de suivre, d'imiter meilleur que soi, mais en s'entraînant en se référant à la fréquence cardiaque qui nous convient et au nombre de répétitions correspondant à notre niveau et à nos possibilités de récupération.
Il est vrai qu'il n'est pas toujours facile de ne pas se tromper dans l'intensité, le nombre de répétitions (savoir jusqu'où ne pas aller trop loin !). C'est pour cela que l'entraînement, le bon entraînement, l'entraînement qui vous conviendra le mieux... à vous, de façon optimale, reste plus un art, une expérience, qu'une science. D'autant plus que nous ne sommes pas des robots, de clones, mais tous différents.

Les erreurs les plus fréquentes du jogger sont :
- Un entraînement presque constamment dans la fourchette de 80 à 85/90 % de sa F.C.M. (il ne le sait pas car il ne le vérifie pas). Il est très étonné, difficile à convaincre, réticent, lorsqu'on lui dit qu'il doit la plupart du temps courir bien plus lentement, entre seulement 60 à 75 % de sa F.C.M. et que cela l'aidera à progresser, souvent énormément alors qu'il stagnait (ou régressait) depuis longtemps.
- Un entraînement à une intensité toujours très faible (60 à 75 %), sans jamais en sortir. Cela ne présente certes pas d'inconvénient s'il n'a qu'un but ludique et de santé mais limite sa progression s'il n'en sort jamais.
- L'entraînement du coureur maso - il n'en manque pas - inconsciemment persuadé qu'il y a quelque part un « être supérieur » qui le récompensera d'autant plus (en améliorant ses capacités) qu'il aura supporté la souffrance à l'entraînement jusqu'à terminer le plus épuisé possible !

Voilà pour les principes de base de l'entraînement. Mais il n'y a pas qu'une seule méthode pour progresser, il n'y a pas de vérité parfaite absolue. Cependant, quel que soient les variantes de méthodes, elles doivent globalement comporter une très grande majorité d'entraînement très peu intense (qui doit représenter au moins 70 % -c’est bien un minimum- de la durée totale hebdomadaire) et plus ou moins d'entraînement plus ou moins intense, en veillant à éviter l'épuisement. Après on peut toujours « chinoiser », couper les cheveux en quatre, répéter des portions de 10' plutôt que 15, plus de répétitions de 45 secondes que de 3 minutes, un peu plus ou un peu moins de récupération entre chaque. Pourvu que l'on évite de rentrer dans l'excès d'intensité, de fatigue, toutes ces formes d'entraînement peuvent être valables.
Il est cependant généralement plus sûr de s'en tenir à des formes d'entraînement simples ; c'est ainsi que l'on risque le moins de faire des erreurs.

Serge Cottereau

les chaussures serge cottereau par vieux coureur (invité) (89.2.35.xxx) le 05/12/15 à 10:40:07

Pour répondre à imarcel67
Dans les années 92/95 les " TARI" étaient vendues via le périodique mensuel , JOOGING INTERNATIONAL
Donc à toi de faire une recherche dans les vides greniers
En ce qui me concerne , je fus un utilisateur assidu de cette marque , pour l'époque nous avions un amortis au top
il n'y avait que la couleur " gris et un peu de noir " ...

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 11:18:37

Je veins de faire un tour sur son site : on trouve toujours quelques modèles de chaussures sélectionnées. On y trouve aussi son dernier Roman :

http://www.serge-cottereau.com/boutique/id-99-jean-pierre-s-ennuyait-a-la-retraite-puis-

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 05/12/15 à 11:20:59

... et on y trouve surtout ces deux livres :

http://www.serge-cottereau.com/boutique/id-97-pack-bien-etre-et-jogging-les-bobards

"Bien être et jogging" demeure à mon avis les meilleure référence pour l'entraînement en course à pieds pour (au moins) 80% des amateurs, et le petit livre des "bobards" le complète utilement pour se désintoxiquer d'un certain nombre d'âneries "modernes"...

les chaussures serge cottereau par (invité) (37.160.112.xxx) le 07/12/15 à 15:55:52

J'espère que tu touches un pourcentage !

les chaussures serge cottereau par BBen (invité) (87.91.243.xxx) le 08/12/15 à 21:06:32

Même pas :-)

les chaussures serge cottereau par andin (invité) (134.171.85.xxx) le 08/12/15 à 23:37:21

Le jour où il fera des e-books... la bibliothèque est pleine et les déménagements sont pénibles. :-)

les chaussures serge cottereau par jack (invité) (109.221.212.xxx) le 24/05/16 à 19:33:58

moi aussi j'ai utilisé les TARI elles étaient rouge et bleu, un vrai chausson et j'ai connu le pat'col

les chaussures serge cottereau par (invité) (84.6.241.xxx) le 24/05/16 à 20:22:56

Moi chez Cottereau , c'était les semelles Podiane vertes, que l'on découpait aux ciseaux, elles étaient top.

les chaussures serge cottereau par (invité) (107.18.146.xxx) le 25/05/16 à 16:46:33

Merci BBen pour le copier coller de Cotereau.

les chaussures serge cottereau par (invité) (90.53.86.xxx) le 25/07/16 à 21:04:48

oui je fais du 38

Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

Forum sur la course à pied géré par Serge